Pénétration profonde douloureuse - Réponse à une question

Publié le 14 Mai 2009

Question de A……..

Comment puis-je limiter la profondeur de ma pénétration car ma copine a mal au fond du vagin quand je la prends ?

 


Ma réponse

 

Le fait que ta partenaire a mal n’est pas normal et ne s’explique pas nécessairement par la taille de ton sexe – ce que tu sembles supposer !


Dans un premier temps, il faut que ta copine consulte un gynécologue et lui explique votre problème. En effet, il peut exister des causes infectieuses ou des déformations anatomiques  du vagin  ou des organes internes – bride hyménale, séquelles d’épisiotomie, malposition de l’utérus. Si cette consultation ne met pas de causes médicales en évidence, on peut alors évoquer des causes sexologiques.


Il est possible que ton sexe soit long et que tu sois un peu trop passionné quand tu pénètres ta partenaire. Ton gland heurte alors de façon douloureuse le col de l’utérus et/ou le fond du vagin. Bon, ce n’est pas un drame, il faut juste adapter vos ébats pour que ça devienne agréable pour tout le monde.


D’abord, certaines femmes – rares – ont des orgasmes cervicaux, c'est-à-dire que la jouissance vient de la stimulation du col de l’utérus par le gland. Je dis bien stimulation et non pas percussion violente. Donc, le fait que ton sexe soit long peut être pour toi un avantage et non pas un handicap.


Je pense que tu es peu expérimenté aux jeux de l’amour : donc mon premier conseil, c’est de te montrer doux dans tes mouvements de va et vient – il y a peu de femmes qui aiment se « faire défoncer » comme le fantasment les hommes. Mis a part, les dernières secondes qui précédent ton éjaculation, n’introduit pas ton membre totalement.


Je vais te donner une méthode Taôiste pour contrôler tes impulsions à pousser et qui aura l’avantage de prolonger votre rapport sexuel en retardant ton éjaculation.


D’abord, tu dois éviter les positions qui impliquent une pénétration profonde : pénétration avec l’homme derrière (levrette) ou avec la femme dessus (Andromaque). Je te conseille la position du missionnaire sur le coté.


Tu introduits ton sexe dans le vagin sur environ la moitié de sa longueur et tu te retires jusqu’à laisser simplement ton gland dans le vestibule (l’entrée du vagin), puis tu recommences 9 fois tranquillement. Tu expires quand tu pousses, tu respires quand tu te retires. La 10eme fois, tu prends ta partenaire avec tout ton sexe mais avec une pénétration lente et prudente et tu restes au fond du vagin 20 secondes. Tu demandes à ta copine de te faire « le langage secret » - c'est-à-dire de faire des contractions et des relâchements des muscles de son vagin autour de ta verge immobile.


Puis vous recommencez cet exercice autant que vous le souhaitez….


Le moment va venir où vous allez souhaiter jouir tous les deux.


Il faut garder la même méthode mais en accélérant les mouvements. Tu fais 81 allers-retours rapides dans le vestibule en introduisant seulement la moitié de ta verge, puis 9 pénétrations profondes mais lentes et douces et tu recommences. Tu peux par cette méthode, laisser monter le désir de ta partenaire de façon a synchroniser vos deux orgasmes.


Quand votre plaisir vient, tu dois veiller à ne pas te laisser aller à l’impulsion de pousser brutalement. Tu n’enfonces ta verge totalement ( et toujours sans brutalité)  que lorsque les spasmes orgasmiques et éjaculatoires se déclenchent. Tu peux etre renseigné sur la proximité du plaisir de la femme (et exciter ta compagne) en introduisant une phalange (toujours lubrifiée) dans l'anus de ta partenaire, ce qui est facile dans cette position - En effet, quand elle va jouir la femme fait des contractions reflexes tres rapides et puissantes de son anus. Tu sauras alors quand tu peux te laisser aller à ton plaisir.


Avec cette méthode, je pense que tu trouveras une solution à ton problème. C’est un peu fastidieux au départ mais avec l’habitude, ça fera de toi un amant apprécié.

 

 

 

Rédigé par lobsang sonam

Publié dans #Réponse aux questions

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article