Infection a Gardnerella Vaginalis - Réponse à une question

Publié le 30 Avril 2009

Question de G.....

Je suis atteinte d'une infection vaginale par Gardnerella - est-ce grave et que faire ?


Ma réponse

La vaginose ou vaginose bactérienne est un déséquilibre de la flore microbienne du vagin. Elle se caractérise par la disparition des lactobacilles et la multiplication de germes anaérobies tels que Gardnerella vaginalis. Bien qu'elle nécessite un traitement du partenaire, ce n'est pas une IST. Elle témoigne plutôt d'un déséquilibre de la flore vaginale avec disparition de l'effet protecteur du bacille de Doderlein.

Gardnerella vaginalis est le principal responsable de cette vaginite très fréquente. Sa présence provoque une nette diminution de la flore vaginale normale. Cette vaginite bien qu’elle ne soit pas considérée comme une maladie sexuellement transmissible nécessite absolument de traiter conjointement le ou les partenaires sexuels.

La présence du germe dans le vagin ne suffit pas à entraîner la maladie, mais en se multipliant pour des causes inconnues, le germe va provoquer une vaginite. Ce sont les pertes blanches qui amènent la malade à consulter; ces pertes augmentent d'abondance et surtout ont la propriété d'être très mal odorantes (odeur de poisson avarié)

Cette odeur de poisson avarié est tout-à fait typique, et mise en évidence par le sniff-test, qui consiste à mettre au contact une goutte de prélèvement vaginal avec une goutte d'hydroxyde de potasse à 10 %.

Cette odeur nauséabonde peut être permanente ou présenter des recrudescences au moment de certaines périodes de la vie génitale (rapports sexuels, règles, période ovulatoire).

Cette symptomatologie doit conduire à consulter le gynécologue.

Le diagnostic sera confirmé par l'examen microscopique de ces pertes vaginales, qui révèlent la présence de cellules spéciales. Ces cellules ne sont présentes qu'en cas d'infection et non de portage simple.

TRAITEMENT :

La prescription par le médecin de médicaments nitro-imidazolés permet une guérison rapide.

Le métronidazole est constamment efficace. La voie vaginale n'ayant pas prouvé son efficacité, il faut impérativement faire un traitement oral à la dose de 1 gramme par jour en deux prises pendant sept jours. Le traitement du partenaire est indispensable.

La clindamycine, 300 mg per os deux fois par jour pendant sept jours est également très efficace.

Il faut conseiller aux patientes de ne pas consommer de boissons alcoolisées durant le traitement au métronidazole ni dans les 48 heures qui suivent afin de prévenir les réactions de type antabuse (majoration de l'intolérance à l'alcool).

Un traitement local peut être adjoint (Flagyl en ovule pendant 8 jours). On décrit souvent des récidives de la vaginite qui doivent amener à réévaluer la situation avec le médecin et reconduire le traitement.

Signalons la nécessité de traiter les femmes enceintes avant l'accouchement. Chez la femme enceinte, la vaginose bactérienne peut avoir de nombreuses conséquences potentiellement graves, bien qu’elle soit cependant résolutive spontanément dans un grand nombre de cas.

·         Elle est responsable de saignements, surtout au premier et au deuxième trimestre de la grossesse.

·         Elle double le risque d'avortement spontané.

·         Elle augmente fortement le risque d’accouchement prématuré, surtout si elle est dépistée au premier trimestre de la grossesse.

·         Elle augmente fortement aussi le risque de rupture de la poche des eaux avant 7 mois de grossesse

·         Les germes responsables de la vaginose peuvent entrainer des infections du liquide amniotique - c'est la chorioamniotite - puis aller infecter l'enfant, provoquant des problèmes pulmonaires et neurologiques à la naissance

·         Elle augmente aussi le risque de retard de croissance du fœtus.

·         Elle serait à l'origine d'abcès du scalp de l'enfant à la naissance.

·         Elle provoque des infections chez la mère en suite de couche – endométrite - et abcès de la paroi après césarienne.

·         Il a été noté une augmentation notable du risque infectieux sur cicatrice d’épisiotomie.

 

 

Rédigé par lobsang sonam

Publié dans #Réponse aux questions

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Gardnerella Traitement 13/01/2011 08:06


Hi, i was browsing the site and I found actually doing interesting. A blog with updated content and clean as mine.


Gardnerella Traitement 29/12/2010 08:24


Hi, thank you for your great post. I really appreciate the efforts you have put in your blog .It is interesting and helpful. Good luck with it!!!


Jacklewis 06/12/2010 11:05


Really useful tutorial , i’m looking to build a theme pretty soon and shall

use this as a helpful guide.