Les préliminaires amoureux et les zones érogènes

Publié le 30 Mars 2009

Plus qu’une simple mise en bouche, les préliminaires sont de véritables moments délectables d’échanges sensuels et d’excitation croissante qui préparent les partenaires à l’orgasme. Ces jeux sexuels sont trop souvent négligés surtout par les hommes et les femmes qui éprouvent des difficultés avec leur sexualité. Il est important d'accorder toute leur importance aux préliminaires amoureux.


Les préliminaires consistent à faire monter le plaisir et l'excitation sexuelle à l'aide de tendresse, d'échange de caresses et de baisers. L'objectif des préliminaires est de donner du plaisir en stimulant les zones érogènes primaires et secondaires de l’homme et de la femme sans avoir pour but immédiat l'orgasme.


Ce sont sur les zones érogènes que les sexologues doivent souvent travailler avec les couples qui leur demande de l'aide pour les aider, non seulement à les repérer, mais aussi à savoir les approcher et caresser comme le partenaire en a besoin et non pas comme celui qui caresse croit qu’il faut les approcher. Il faut savoir que le corps de la femme présente une érogénéité plus diffuse que celui de l'homme.


Beaucoup de dysharmonies sexuelles sont liées au fait qu’on croit savoir comment fonctionne le plaisir de l’autre mais qu’en réalité on ne fait qu’utiliser son propre mode d’emploi, ou un préjugé, pour l’approcher. Il est important de connaître le cycle de réponse sexuelle de votre partenaire.


De manière générale, les femmes ont besoin de plus de temps que les hommes pour atteindre l'excitation suffisante à un rapport sexuel orgasmique. Si l'objectif du couple est la pénétration, les préliminaires durent jusqu'à ce que la femme atteigne un niveau de désir suffisant pour que la lubrification vaginale facilite la pénétration.


Ces gestes tendres permettent d'accéder à une confiance réciproque et un épanouissement sexuel plus satisfaisant.
Ils préparent les corps en leur apprenant à communiquer ensemble et déclenchent les phénomènes de l'excitation sexuelle.


Les zones érogènes


Les zones érogènes sont des zones du corps dont la stimulation provoque un plaisir intense. Les zones érogènes masculines et féminines ne sont pas superposables. Chez la femme tout le corps est érotisé, alors que chez l’homme ce sont les parties génitales, l’anus et parfois les mamelons qui lui apportent le plus de plaisir.


La peau de l'ensemble du corps est sensible aux caresses même si beaucoup de sensations se concentrent sur les zones érogènes. Chacun dans ce moment va pouvoir concentrer tout son intérêt sur le corps de l'autre et sur ses propres sensations. Le couple s'isole du reste du monde, il est comme dans une bulle, plus rien ne préoccupe les partenaires, uniquement attentifs à leur plaisir. Chacun donne et reçoit, les partenaires prennent un rythme commun, les organes génitaux se transforment par l'excitation sexuelle en organes de plaisir.


Les zones féminines les plus sensibles sont situées au niveau ou au voisinage des orifices naturels. N'oubliez donc pas la première zone érogène :


les lèvres,
la périphérie des yeux ou du nez.


Les seins et les mamelons
sont d'une extrême sensibilité. Ils peuvent être caressés, mordillés, léchés ou sucés. L'érection du mamelon par stimulation tactile ou buccale procure souvent beaucoup de plaisir et peut même conduire certaines femmes à l'orgasme


Les fesses
possèdent de nombreuses terminaisons nerveuses. On peut les caresser, les embrasser, les tapoter…

Beaucoup de femmes aiment qu'on leur lèche ou qu'on leur embrasse le lobe et le creux de l'oreille. La nuque, les aisselles, les bras et les poignets apprécient les baisers. L'homme peut aussi chatouiller le ventre et le nombril de sa partenaire, ses hanches, la face interne de ses cuisses, le creux de ses genoux, ses pieds et ses orteils.


Généralement, la
fellation, le cunnilingus, les massages, la masturbation réciproque sont considérées par les hétérosexuels comme des préliminaires à la pénétration.


Si vous avez des doutes, la meilleure manière de connaître les zones érogènes de votre partenaires, reste de lui demander, ou si vous êtes trop timide, de vous laisser guider par ses soupirs…


Lors des caresses sexuelles, l'homme et la femme ont l'occasion de vérifier l'état d'excitation de leur partenaire, les signes évidents étant l'érection pour l'homme, la lubrification vaginale pour la femme. L'excitation sexuelle aboutit à l'envie de la pénétration vaginale ou au choix d'une autre pratique qui permettra l'obtention de l'orgasme. Le couple peut choisir ensuite de laisser le rythme s'accélérer, les mouvements se font plus rythmés, plus rapides jusqu'à l'orgasme. Il peut également prendre son temps, varier les positions, revenir à des caresses. Ce moment d'excitation intense les partenaires ne l'atteignent pas toujours simultanément et dans ce cas les préliminaires se poursuivent. Un couple qui se connaît bien réduit parfois les préliminaires à leur minimum, aux caresses essentielles pour l'un et l'autre afin d'atteindre l'excitation sexuelle requise pour le rapport sexuel. Ce type de rapport sexuel plus rapide est parfois souhaité laissant la place, à d'autres moments, au " grand jeu " avec des préliminaires plus développés.


Les caresses des zones érogènes féminines primaires


Les caresses sexuelles sur les seins, le sexe font suites aux caresses et baisers sur le corps, Chacun tente de susciter au mieux l'émoi sensuel de l'autre, reprenant une caresse connue ou tentant une nouvelle stimulation. Les doigts, la bouche, le sexe permettent une grande variété de caresses. C'est un temps où s'établissent la détente et la confiance nécessaires à l'abandon final, à l'orgasme ;


Découverte sensuelle du sexe féminin


Le
clitoris est la plus sensible de toutes les zones érogènes ; sa seule fonction est de procurer du plaisir. Il peut être stimulé avec la langue, les doigts, le pénis, un vibromasseur, ou par les frottements du corps. Certaines femmes aiment être stimulées à la base du clitoris d'autres à l'extrémité ou sur les côtés.


Le gland clitoridien
, richement innervé par les corpuscules de Crans, est hypersensible. Il se rétracte et disparaît sous le capuchon quand la femme est très excitée.


Les bords droit et gauche de la hampe du clitoris
sont très réceptifs à la stimulation tactile. La stimulation directe, ou des pressions trop appuyées, peuvent être désagréables, voire douloureuses pour certaines femmes.


Les petites et les grandes lèvres
sont aussi très réceptives, tout comme l'orifice et le conduit vaginal (surtout le premier tiers inférieur).


Le périnée
, situé entre le vagin et l'anus, est très sensible chez certaines femmes. La friction rythmée du canal de l'urètre peut aussi être très efficace.


Le vestibule
, situé entre les petites lèvres, l'orifice vaginal et le clitoris, est très innervé et vascularisé. Cette zone peut être caressée avec le doigt, la langue ou le pénis.


Pendant le rapport sexuel, la position latérale des deux partenaires (de face ou de dos) permet à la femme de guider la main de son partenaire dans cette exploration coquine pour lui montrer les caresses et le rythme qu'elle préfère. La position "en levrette" (pénétration par l'arrière) permet un bon accès et donc une bonne stimulation des zones érogènes de la femme..

Rédigé par lobsang sonam

Publié dans #pour tout le monde

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article