Les inhibitions du désir sexuel féminin (IDSF)

Publié le 26 Mars 2009

Introduction

 

Les inhibitions sexuelles de la femme sont une des raisons les plus fréquentes de consultation de femmes ou de couples. Ils sont en même temps, s’ils ne sont pas résolus une des raisons très fréquentes de séparation et de divorce. En effet cette difficulté sexuelle engendre une double frustration et chez celle qui en est atteinte et chez son compagnon. Cette double frustration est à l’origine d’une agressivité et souvent d’un état dépressif qui risque rapidement de compromettre une bonne relation interpersonnelle entre les deux partenaires.

 

Il faut noter la fréquence importante des états dépressifs à l’origine des inhibitions sexuelles féminines, La dépression c’est l’instinct de mort (Thanatos) qui triomphe de l’instinct de vie (éros) Eros symbolisant en même temps la vie et l’ amour

 

On peut dire que comprendre les raisons de l’inhibition c’est en même temps la résoudre . Mais avant de chercher à comprendre les facteurs mis en cause dans l’inhibition du désir Sexuel Féminin , nous devons mettre à part

Les femmes sexuellement inhibées qui lors des relations sexuelles ou bien ne connaissent pas l’orgasme ou bien n’y sont jamais parvenu de façon fréquente. En effet, sans orgasme, la femme ne peut durablement entretenir un désir d’avoir des relations sexuelles.

 

 

Pour commencer il nous faut préciser le sens de certains termes:

 

1° Les définitions de Besoin sexuel – Désir sexuel – Excitation sexuelle– Réactions sexuelles

 

Le besoin sexuel ou appétit sexuel

 

Cette pression sexuelle dépend essentiellement de la pression hormonale et de la régulation des centres hypothalamique qui régissent notre vie instinctuelle (centre de l’humeur, de la sexualité, besoin d’endorphine (morphiniques naturels secretes lors des relations sexuelles). Il s’agit donc d’un phénomène physiologique

Plus on fait l’amour --------> plus on en a besoin

Le désir sexuel

Il s’agit d’un phénomène psychologique . Il se traduit par ” j’ai envie de “ et comporte habituellement un “complement d’objet “ : J’ai envie d’un pénétration, d’une caresse etc…

Pour avoir envie de manger quelque chose, il faut en avoir déjà mangé, s’en souvenir et en avoir envie à nouveau. Pour désirer quelque chose ou faire quelque chose, on voit qu’il est nécéssaire d’utiliser ses souvenirs: se souvenir d’avoir ressenti comme positif (fantasme) ce que l’on désire à nouveau. Cela nécessite donc un travail de l’imagination : imaginer de façon positive ce que l’on a envie de vivre.

Dans la sexualité vous pouvez vous souvenir d’avoir déjà vécu un rapport sexuel comme vous ayant procuré:

·         des sensations physiques agréables : caresses , baisers, mots tendres

·         vous souvenir du plaisir de l’orgasme que vous avez eu au cours d’un rapport sexuel précédant.

L’excitation sexuelle

 

L’intensité de cette excitation tire son origine de deux facteurs :

 

·         les sensations cutanées ce qui nécessite que l’individu ait appris à aimer et interpréter comme plaisantes les sensations cutanées et en particulier au niveau de ses zones érogènes (seins, clitoris, sexe)

 

·         l’imagination c’est à dire le fait d’être capable de vivre des rêves éveillés et de faire passer dans son corps une excitation purement psychique (intellectuelle) à une excitation corporelle

 

Cette capacité de transformer le rêve éveillé en excitation corporelle est une réaction psychofonctionnelle que l’individu apprend grâce à la masturbation qui commence dès les premiers mois de la vie et qui est nécessaire chez l’homo sapiens pour pouvoir accéder à la sexualité adulte

 

Les réactions sexuelles reflexes

 

Le moteur (stimulus) qui est à l’origine de ces réflexes sexuels qui pour chaque sexe sont au nombre de deux:

 

Pour l’homme : érection et éjaculation

Pour la femme :lubrification vaginale et orgasme

 

Ces réflexes sexuels mettent en jeu des réactions psychofonctionnelles ; c’est à dire qu’ils appartiennent à notre vie neurovégétative. Ils sont anatomiquement commandés par le système nerveux dit autonome c’est -à-dire indépendant: sympathique et parasympathique.

Ils ne peuvent être commandés par notre volonté.

 

On n’a prise que très indirectement sur leur apparition. On ne peut pas directement ni les faire apparaître, ni les empêcher de survenir. Bien au contraire, plus on veut en forcer la survenue, plus ils refusent d’apparaître. Toute notre sexualité dépend en fait de ces réactions automatisées sur les quelles nous n’avons pas de prise directe

 

Les dysfonctionnements de ces réflexes sexuels sont à l’origine de la majeur partie de difficultés sexuelles masculines et féminines.

 

2° Les facteurs qui peuvent être à l’origine de votre I.D.S.F

Il peut donc exister

 

1)

Des facteurs personnels.

 

 

·         pudeur

 

·         image négative de votre corps

 

·         peur d’être mal jugée

 

·         capacité à ressentir les sensations

 

·         impression d’être nulle en situation sexuelle etc…

2)

Des facteurs liés à votre compagnon:

 

 

·         du comportement qu’il a eu lors des relations sexuelles précédentes

 

·         de l’adéquation de son comportement avec ce que vous aimez

 

·         de sa capacité d’adaptation à ce que vous aimez

 

·         mais aussi du comportement qu’il a vis à vis de vous en dehors des relations sexuelles.

 

Si vous jugez ses comportements dans la vie de tous les jours inadéquats, et vous ayant contrarié, cela peut, vous le comprenez, influencer votre désir de faire l’amour avec lui. Vous comprenez mieux ainsi la difficulté que vous allez rencontrer à chercher à comprendre les raisons psychologiques qui ont inhibé votre désir sexuel.

 

3)                   Des facteurs médicaux

 

·         Des facteurs Hormonaux

·         Des facteurs gynécologiques

·         Des facteur en relation avec les grossesses et surtout les accouchements

·         Des facteurs liés à des états dépressifs ou sub-dépressifs

 

 

4)                  Des difficultés communes à toutes les inhibitions du désir

 

·         Vagabondage de l’esprit

L’inhibition se manifeste le plus souvent par une difficulté à maintenir l’esprit en situation sexuelle , si bien que l’esprit , pendant les tentatives de relations sexuelles se met à vagabonder. Vous ne pouvez ainsi parvenir à ressentir une excitation sexuelle , ou si vous la ressentez, elle est fugace et votre excitation prend un aspect sinusoïdale. La conséquence est une lubrification vaginale instable, rendant la pénétration souvent désagréable, si toutefois vous arrivez à l’accepter, ce qui devient en général de plus en plus rare..

 

·         Incapacité de s’abandonner au plaisir de l’intimité

Nous aborderons ensuite les solutions pour vous permettre d’apprendre ou de réapprendre à vous abandonner au plaisir de la relation sexuelle sans lequel vous ne pouvez prétendre faire disparaître votre inhibition

 

5)                   Les problèmes psychologiques et relationnels

 

·         Sub-conflits ou conflits conjugaux inavoués

·         Culpabilisation

·         L’impression d’être un objet sexuel

·         Un manque de disponibilité et la fatigue

·         Une I.D.S.F occasionnelle qui est devenue permanente

·         Les inhibitions sexuelles pendant les grossesses et après les accouchements

·         Les excitations sexuelles transitoires liées à la nouveauté

·         Les inhibitions liées à des incapactiés orgasmiques

·         Une image négative de son propre corps

·         Une méconnaissance de son propre corps

·         Une méconnaissance de son imaginaire érotique

·         Une surdité sensorielle

·         Une image négative de son propre corps

·         Un contentieux avec le sexe anatomique

·         Une peur de l’intimité

·         Une méfiance vis-à-vis des hommes

 

 

3) Le traitement

 

Il s’agit essentiellement de la relaxation sexologique, de la sexothérapie ou de la psychothérapie en fonction du diagnostic et de la ressensibilisation sensorielle et sensuelle. Le praticien est juge de la méthode adéquate et donnera des conseils et des exercices à pratiquer dans l’intimité du couple. Il en découle bien sur que le conjoint doit s’impliquer dans la thérapie

Rédigé par philippe

Publié dans #Connaissances pour thérapeutes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article