Les infections sexuellement transmissibles

Publié le 17 Mars 2009

1) Qu’est ce que les IST ?

 

Les infections sexuellement transmissibles se définissent comme des infections pouvant se transmettre au cours des rapports sexuels. Il faut noter que certaines de ces infections ne sont pas exclusivement sexuellement transmissibles. Une mycose vaginale, le VIH (virus du Sida), le virus de l'hépatite B ou de l'hépatite C, par exemple, peuvent survenir chez une femme ou un homme qui n'ont jamais eu de rapports sexuels.

 

2) Comment peut-on soupconner une MST ?

 

  • Dans les deux sexes :
  • l'apparition de ganglions inguinaux.
  • Une éruption cutanée.
  • Une vésicule ou une ulcération génitale.
  • une excroissance cutanée ou muqueuse ayant un aspect irrégulier (condylome).
  • Une arthrite.
  • Des signes anorectaux,

 

  • Chez l'homme :
  • un écoulement urétral,
  • des picotements ou des brûlures en urinant,
  • des douleurs en éjaculant,
  • des rougeurs sur la verge,
  • des douleurs au niveau des testicules.

 

  • Chez la femme :
  • des pertes blanches
  • des douleurs pelviennes,
  • des douleurs lors des rapports,
  • des démangeaisons, un picotement ou une gène vulvaire.
  • un gonflement des lèvres,
  • des saignements en dehors des règles.

 

Tous ces signes cliniques nécessitent impérativement une consultation médicale et, seul votre médecin, lors de l’examen clinique ou en s'aidant d’examens mycobactériologiques ou sanguins, pourra vous dire si vous souffrez d'une IST, et de quelle IST vous souffrez.

 

Il faut noter aussi que certaines de ces IST ne touchent pas à en premier la sphère génitale, ce qui rend leur diagnostic parfois tardif.

 

 

 

3) Les principales MST

 

Je ne citerai que les principales IST en indiquant l'agent pathogène et les signes cliniques les plus fréquents.

 

IST d'origine bactérienne :

 

Mycoplasme : vaginite et urétrite.

Chlamydia : cervicite, urétrite, salpingite, arthrite, pneumopathie.

Neisseria gonorrhée : vaginite, cervicite, urétrite, salpingite, arthrite, lésions cutanées.

Gardnerella vaginalis, bactéries anaérobies, et Streptocoque B : vaginite, urétrite, salpingite.

Treponema pallidum : syphilis.

 

IST dont l'origine est un protozoaire

 

Trichomonas : vaginite, urétrite.

 

IST d'origine virale

 

Herpes : vésicule, ulcération, picotement, gène ou brûlures localisées, mais parfois vive douleur locale.

Virus de l'hépatite B et C : signes d'une hépatite

VIH : maladie SIDA.

Papilloma virus : condylomes, risque de cancer du col utérin.

Cytomégalovirus : avortement et infection néonatale.

 

4) Modes de transmission

 

Les nombreux germes responsables des IST se transmettent surtout par voie sexuelle, mais aussi par voie non sexuelle : contamination materno-foetale ou transmission par voie sanguine (pour les virus de l'herpes, du sida, de l'hépatite B ou C). Les autres modes de contaminations sont beaucoup plus rares : salive, contact bucco génital, objets ou linge de toilette souillés, piscine, sauna.

 

Parmi les micro-organismes les plus fréquemment rencontrés :

 

Micro-organisme à transmission sexuelle peu fréquente : Le candida albicans (qui est responsable de mycose), le virus de l'hépatite C, le gardnerella vaginalis et les bactéries anaérobies.

 

Micro-organisme à transmission aussi bien sexuelle et non sexuelle : le mycoplasme, le virus de l'hépatite B ainsi que le virus du sida.

 

Micro-organisme à transmission presque exclusivement sexuelle : Le gonocoque, le virus de l'herpès, le clamydia, le trichomonas, le virus responsable des condylomes et le tréponème responsable de la syphilis.

 

 

5 ) la prévention des IST

 

En plus d'une information collective, qui passe par les journaux et les médias, une information individuelle est indispensable. C'est le rôle du médecin d'informer sur une possibilité de prévention par vaccin, préservatif et contraception chimique locale.

En ce qui concerne la vaccination il n'existe, actuellement, que le vaccin contre l'hépatite B.

 

En ce qui concerne le préservatif, il est important d'expliquer aux adolescents certaines règles de bonne d'utilisation :

 

  • Il faut utiliser des préservatifs de norme française ou européenne et conserver le préservatif dans un endroit frais (ne jamais laisser les préservatifs exposés au soleil).

 

  • Les préservatifs doivent être manipulés avec soin afin d'éviter de les fragiliser avec les ongles où les dents.

 

 

  • La mise en place du préservatif doit se faire sur la verge en érection en déroulant le préservatif du gland vers la racine de la verge.

 

  • Lorsque le préservatif possède à son extrémité un réservoir il faut pincer ce réservoir afin de chasser l'air qu'il contient.

 

 

  • Le préservatif doit être mis en place avant tout contact génital de la verge avec les parties génitales, anales ou orales de la partenaire (ou du partenaire).

 

  • Si vous utilisez un préservatif non lubrifié il ne faut jamais utiliser un lubrifiant génital à base de vaseline ou d'huile, mais il faut utiliser un lubrifiant hydrosoluble.

 

 

  • Enfin, il faut que le partenaire se retire du vagin (ou de l'anus) immédiatement après l'éjaculation, avant la détumescence de la verge. Le préservatif est à usage unique, il ne doit jamais être réemployé.

 

Les spermicides qui possèdent une activité anti bactérienne ont une action sur certaines bactéries, mais leur action n'est pas suffisante pour être utilisée seuls contre les IST.

 

La prévention passe aussi par le traitement des partenaires du sujet contaminé.

 

Enfin une évidence : La pilule protége de la grossesse mais pas des IST !

 

Notez bien qu'il existe actuellement une recrudescence des IST car le préservatif commence à être moins utilisé, depuis que l'on parle moins du SIDA .

 

 

 

 

6) Alerte à l’herpès

 

Actuellement l'herpes génital devient une des IST les plus répandues, certainement car l'une des plus difficile à diagnostiquer par le médecin. Sachez que 60% des patients séropositifs au virus de l'herpes ont des lésions atypiques non diagnostiquées. Le pourcentage de séropositif au virus herpétique de type 2 (celui qui est présent au niveau génital, le 1 étant surtout labial) est de 20% dans la population générale et de 70% dans la population homosexuelle masculine. Après une primo-infection les récidives sont fréquentes, souvent occasionnées par le stress, la fatigue, les règles. En général les récidives sont cliniquement moins fortes que la primo-infection.

 

Deux notions sont importantes à retenir : l'herpes labial (ce fameux "petit bouton de fièvre") peut se transmettre au niveau génital lors d'un contact buccogénital. Le virus peut se transmettre au partenaire même en période asymptomatique, donc le port du préservatif devrait être systématique après une primo-infection !

 

Enfin surtout n'hésitez pas à consulter immédiatement votre médecin si vous présentez une petite vésicule ou une ulcération sur la verge, la vulve ou la région anale.

 

7)  Les questions les plus fréquentes


1 - J'ai 17 ans, je suis gay et je vie avec mon copain depuis 7 mois. Nous sommes vierges tous les deux. Nous voulons savoir si nous pouvons pratiquer la sodomie sans préservatif et sans risque de contamination par le Sida?

 

Il faut savoir que le sida peut s'attraper en dehors de tout rapport sexuel, transfusion sanguine, piqûres etc. Donc, même si vous êtes "vierges" tous les deux, il faut faire un test de dépistage du sida. Si vous êtes tous les deux séronégatifs, vous pourrez vous dispenser de préservatif, si vous pensez que votre partenaire est fidèle.

 

2- Ma copine a des champignons dans le vagin et son médecin lui a dit que cela pouvait se transmettre lors des rapports sexuels. Comme nous avons eu nos premiers rapports sexuels ensemble, c'est donc qu'elle est allé voir ailleurs, mais elle me jure que non.

 

Votre partenaire a une mycose vaginale (terme médical pour le mot champignon). Une mycose vaginale est effectivement transmissible lors des rapports sexuels, mais non exclusivement, c'est à dire que, contrairement à d'autres maladies sexuellement transmissibles, un homme ou une femme peuvent avoir une mycose sans jamais avoir eu de rapport sexuel. Donc faites confiance en votre partenaire qui vous dit ne pas avoir eu de rapport avec un autre homme !

 

3- qu'est-ce qu'on appelle maladie sexuellement transmissible. Mon copain m'a dit qu'une mycose vaginale pouvait se transmettre lors des rapports sexuels, mais que ce n'était pas une maladie sexuellement transmissible, je n'y comprend rien ?

 

Le terme de maladie sexuellement transmissible est réservé aux infections qui se transmettent essentiellement par voie sexuelle. Mais toutes les infections sexuellement transmissibles peuvent aussi se transmettre par d'autres voies, comme la voie sanguine.

 

En ce qui concerne la mycose vaginale, elle est très souvent classée dans les IST (ou MST) car elle peut se transmettre lors des rapports sexuels, mais, contrairement aux autres IST, une mycose vaginale n'a pas une transmission essentiellement sexuelle. Beaucoup de mycoses vaginales peuvent survenir après une prise d'antibiotique ou lors de la prise de la pilule. Donc le caractère "essentiellement par voie sexuel" est très discutable. Certains auteurs la classe dans les IST et d'autres non. Donc votre copain a plus ou moins raison.

 

4- Y a-t-il des risques de transmissions de maladies lors d'une fellation ?

Comme pour le cunnilingus le risque est faible. Le risque le plus élevé est la transmission de l'herpès. Le SIDA peut se transmettre aussi par fellation en cas de contact entre le sang, lors d'une gingivite par exemple, et le sperme.

 

5- Mon amie me dit qu'elle a déjà eu de l'herpes au niveau buccal. Lorsqu'elle me fait une fellation y a -t-il un risque ?

Oui, car l'herpes buccal peut se transmettre au niveau sexuel. L'utilisation d'un préservatif non lubrifié et, éventuellement, aromatisé, serait  le meilleur moyen pour éviter ce risque.

 

6- Les condylomes de la vulve sont-ils transmissibles sexuellement ?

OUI, le risque est très élevé, il faut impérativement utiliser des préservatifs lors des rapports sexuels.

 

7- Ma partenaire a, depuis 3 semaines, un sécheresse vaginale et des démangeaisons. L'utilisation d'un lubrifiant n'y fait rien. Que pouvez-vous nous conseiller ?

Il est possible que votre partenaire ait un petite infection vaginale, de type mycose, qui est responsable de démangeaisons et de sécheresse vaginale. il faut consulter votre Gynéco, car les lubrifiants seront tous inefficaces.

 

8- Ma partenaire et moi n'utilisions, jusqu'à tout récemment, que le condom comme contraception. Elle a maintenant commencé à prendre la pilule contraceptive. J'aimerais savoir si, étant donné que je suis son premier et unique partenaire, et qu'elle est aussi ma première et unique partenaire, s'il y a des risques de transmissions de MTS si nous n'utilisons plus le condom.

Les IST ou MST,  ne sont pas des infections qui ne s'attrapent que par contact sexuel. L'infection, par le virus du  Sida, en particulier, peut avoir été transmis par n'importe quel contact sanguin, ou même à la naissance. Il est donc impératif de pratiquer un test de dépistage du Sida avant d'abandonner le préservatif. Demandez aussi à votre partenaire si elle n'a jamais eu d'herpes, même labial.

 

9- J'ai un nouveau copain et je voudrais savoir quand nous pourrons nous passer du préservatif ?

Après quelques mois d'une relation stable, de confiance mutuelle, et après avoir fait le test pour le Sida et l'hépatite B, vous pourrez vous en passer, si les tests sont négatifs.

 

10- Après une relation sexuelle douteuse, et sans préservatif, au bout de combien de temps je pourrais faire un test pour le Sida ?

Il existe différent type de tests qui ont des fiabilités différentes. Le plus fiable, et que l'on considère comme définitif, est celui qui est pratiqué deux mois après le risque de contamination. Il existe, maintenant, un test dont le résultat est donné dans les jours qui suivent la contamination (8 à 10 jours) mais sa fiabilité est moindre en cas de négativité.

 

11- Peut-on attraper une maladie sexuellement transmissible sur les toilettes publiques ?

 Non, il n'y a aucun risque d'être contaminé sur les toilettes publique. Les MST ou IST se transmettent par le sang, les sécrétions génitales, le sperme ou la salive, mais pas par contact entre la peau et la cuvette des WC. 

 

12- Peut-on être contaminé par le Sida par simple contact du sperme sur la peau ? Mon partenaire éjacule souvent sur mon ventre sans pénétrer.

 Non, il n'y a aucun risque si vous n'avez pas de plaie sur le ventre. Il faut qu'il y ait un contact entre le sperme et le sang pour risquer d'être contaminée

 

13- J'aime pratiquer le cunnilingus avec mes partenaires mais j'ai peur d'attraper une MST ??

 Effectivement il y a des risques de transmission de MST ou IST lors de la pratique du cunnilingus. En effet la transmission peut se faire entre les sécrétion génitales féminines infectées et votre sang, si vous avez une gingivite ou une plaie dans la bouche. L'herpes peut aussi se transmettre entre sexe et bouche même sans contact sanguin !

 

14- Lors d'une fellation j'aime bien avaler le sperme de mon copain. Y a-t-il un risque de transmission d'une  MST ?

 Non , le fait d'avaler ne peut pas être contaminant. Oui, on sait que les rapports bucco génitaux peuvent étre dangereux. Le risque se situe au niveau buccal, si vous avez une gingivite (car une gingivite saigne) ou une autre plaie buccale.

 

Rédigé par philippe

Publié dans #pour tout le monde

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lili 13/06/2015 01:02

Bonjour,

J'aimerai savoir si il y a risque d'attraper chlamydia en faisant une fellation sans avaler à un mec qui l'a?

omniscience 07/11/2013 22:13

Bonjour,

Ayant pratiqué la sodomie avec une partenaire que je ne connaissais pas il y a une dizaine de jours et ... non protégé : J'ai maintenant le gland plus ou moins rouge mais surtout avec un aspect
fripé, et des douleurs dans la verge et les testicules.

J'ai rendez-vous ce mardi pour un dépistage, auriez vous des conseils particuliers ?

melanie 26/04/2010 04:38


Bonjour, j'aimerais s'avoir apres combien de temps on peut detecter un ItS après une première relation sexuel non protégé ??


philippe 26/04/2010 08:37



Bonjour Melanie;


Quand a savoir si tu es infectée s.il s.agit d'infections bacteriennes, tu le saura de facon symptomatique, c a d quand tu presenteras une infection vaginale ou urinaire etant donné que l'on ne
peut te tester preventivement pour toutes les bacteries possibles.


S'il s'agit du virus du SIDA, les nouveaux tests permettent de savoir si tu es contaminée  au bout de 8 jours.


S'il s.agit du HPV, il faut en parler rapidement avec ton gyneco, si tu es au debut de ta vie sexuelle (moins de 1 an) tu peux peut etre encore etre vaccinée. Le risque etant que tu developpes un
cancer du col de l'uterus vers 40 ans. Sinon, il faudra te faire surveiller regulierement tout au long de ta vie.


Melanie, j'espere que tout iras bien pour toi mais je ne peux que te recommander de ne pas avoir, en aucun cas de rapports non protegés. Ta santé et ta vie en dependent.


 


philippe