Questions fréquentes les mots grossiers

Publié le 17 Mars 2009

D'après certaines idées reçues, les femmes seraient souvent méfiantes à l'égard des paroles un peu trop crues lors de rapports sexuels. Mais savez-vous que ces mots quelques peu grossiers peuvent constituer une nouvelle étape dans votre relation sexuelle avec votre partenaire ?

Que l'on parle de langage érotique ou de mots carrément vulgaires, il est parfois bon, d'en rajouter pour mettre un peu de piquant dans une relation sexuelle établie. Il y a beaucoup de façons de faire mais les paroles peuvent avoir un effet parfois surprenant sur notre libido ! Chuchotées ou criées, des paroles peuvent en effet avoir des effets aphrodisiaques. Pareilles à des « caresses de l'oreille », elles induisent des références fantasmatiques. En bref, elles vous plongeront dans une sexualité plus bestiale que nombre d'entre vous ont enfoui en elles. Attention, une sexualité plus primaire n'implique par forcément de se rabaisser aux joutes souvent dégradantes que l'on peut voir dans les films X.


Il ne tient qu'à vous de rester maître de la situation. Mais, il est établi que les mots crus peuvent être synonymes de liberté retrouvée dans un couple, de dépassement de non-dits...

Il n'y a pas de règles, comme il n'y a pas d'obligations. Pas question de devenir du jour au lendemain une femme hurlante vociférant des injures à caractère sexuel. Si parler pendant l'acte sexuel vous est impossible, n'y succombez pas parce que votre partenaire vous le demande ! Sans compter, qu'il est beaucoup plus facile pour un homme de parler lors d'une relation sexuelle. Vous pourrez, par exemple, commencer en annonçant ce que vous allez faire. Pas besoin d'être prolixe. Commencez doucement et découvrez petit à petit le plaisir procuré. Car, certaines femmes découvriront qu'elles le font avec beaucoup plus de simplicité qu'elles n'auraient pu l'imaginer. Le but est de renforcer votre plaisir et pas uniquement celui de votre partenaire. N'hésitez pas à en parler avec lui et surtout à l'appliquer au moins une fois. Vous n'avez rien à craindre...

 

Lors de nos rapports, mon mari éprouve le besoin de m'insulter : "salope","sale pute", "traînée" et j'en passe… Le problème c'est que j'apprécie ses mots crus, pourquoi ?


Aimer insulter ou se faire insulter ne fait pas partie de pratiques sexuelles extravagantes. Si tous les couples ne s’adonnent pas à de telles vocalises, le besoin de domination (dans un sens comme dans l’autre) peut pousser certaines personnes à aménager leur sexualité : se faire attacher, jeux de soumission… insulter. Il faut rester clair avec le fait que ces pratiques sont des jeux et ne traduisent donc en rien les rapports que les deux partenaires peuvent avoir dans la vie de tous les jours, c’est en tout cas souhaitable. A partir du moment où l’on fonctionne sur le jeu… beaucoup de choses sont permises, puisqu’elles s’arrêtent une fois l’acte terminé. L’amour et le respect de l’autre ne sont pas remis en cause. Il n’y a donc pas de "problème", comme vous le dites, à aimer se faire insulter. Vous avez l’air d’apprécier cela tous les deux… Si certaines choses vous bloquent, vous choquent ou vous excitent, parlez-en avec votre mari, tout simplement. Trouvez le bon moment pour le faire et les choses se feront d’elles-mêmes. Après un rapport sexuel, par exemple, dites-lui que vous avez beaucoup aimé faire l’amour avec lui et pourquoi. La porte est alors ouverte pour parler de sexe. Ces pratiques très personnelles doivent se parler un minimum pour que chacun d’entre vous sache où il va et puisse appréhender le vécu de l’autre.

 

Un langage cru


La première partie de ce fantasme est de trouver quels termes vous font ou pas de l'effet, et il vaut mieux le faire en dehors de la chambre. Comme certains couples en ont fait part, c'est très drôle d'en parler dans un café, un dimanche matin. Si le langage cru est un fantasme, c'est que les partenaires ont tendance à se perdre dans la passion. Comme on est tellement plus explicites dans nos demandes sexuelles, on tend aussi à adopter une attitude plus animale, à vouloir du sexe très « hot ». Pour ceux qui ont ce fantasme, plus c'est grossier, plus ça marche. Messieurs, c'est à votre partenaire de fixer les limites ; lais­sez-la prendre les devants : elle va peut-être commencer par vous dire qu'elle aime votre sexe, puis qu'elle veut votre bite, et enfin qu'elle veut que vous la baisiez avec votre queue. De cette façon, vous pouvez vous caler sur son niveau de langage, sans aller trop loin et risquer de casser l'ambiance. Dites-vous bien aussi que tout le monde n'apprécie pas un langage cru. Raison de plus pour en parler auparavant et commencer doucement, en ne gravissant les échelons qu'après avoir jaugé les réactions de votre partenaire. Certaines femmes m'ont dit qu'elles avaient du mal à s'empêcher d'éclater de rire lorsque leur amant commence à utiliser un langage explicite ; et certains hommes sont déstabilisés par ce que peut proférer leur partenaire dans le feu de l'action.

Mais voici un exemple typique qui a marché justement dans le feu de l'action, et fort bien. II s'agit d'une femme dont quelques mots, en toute innocence, ont attisé l'ardeur de son parte­naire. Ils avaient commencé à faire l'amour sur le balcon ; il avait soulevé sa robe et l'avait pénétrée par-derrière. Alors qu'elle répondait à ses mouvements de hanches, elle a tourné la tête et lui a murmuré : « Baise-moi. » Au début, il n'en a pas cru ses oreilles : c'était son fantasme absolu, et elle l'avait réalisé sans qu'il ait à le lui demander. Il essayait de maintenir un mouvement soutenu, mais toutes les barrières ont sauté quand elle a de nouveau tourné la tête pour lui dire: « Il me semble t'avoir demandé de me baiser.» Alors, peut-être votre professeur de français avait-il raison: ne sous-estimez jamais le pouvoir des mots.

 

 

Rédigé par philippe vert

Publié dans #Questions réponses en sexologie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article