Questions fréquentes Infections sexuellement transmissibles

Publié le 17 Mars 2009

Suite à une relation mon préservatif a éclaté. Dois-je attendre vraiment un mois pour faire le dépistage car je ne me sens pas a l'ais. Peut-être est-ce mental, mais ça me travaille beaucoup. Que dois-je faire !


Il n’y a guère d’autre solution que d’attendre un mois avant de faire le test. Avant ce délai, les techniques de dépistage ne sont, en effet, pas fiables à 100 %. Passé un mois, votre résultat sera certain. Pour gagner un peu de temps, vous pouvez vous faire prescrire cet examen par un médecin et le faire dans un laboratoire d’analyse médicale. Contrairement au Centres de Dépistage Anonymes et Gratuits, vous aurez le résultat en un ou deux jours. Il vous faudra bien sûr avancer les frais… mais c’est plus rapide. Avant cela, essayez de ne pas trop vous prendre la tête. Si vous le pouvez, demandez à votre partenaire si elle sait où elle en est, cela vous rassurera sans doute un peu.

 

J'ai de l'herpès aux lèvres qui ne se manifeste qu'extrêmement rarement. Qu'en est-il de la transmission vers l'herpès génital ? Est-ce que c'est le même virus ? Est-ce que c'est mauvais de lécher mes copines ? Est-ce que je peux le faire seulement en dehors des poussées?


Votre herpès est assez commun et bien des gens sont affublés de cette forme buccale de la maladie. Comme vous le savez, elle risque de revenir par poussées à l’occasion d’une grosse fatigue ou d’un changement de rythme de vie. Le virus de l’herpès se rencontre sous plusieurs catégories, même si, à la base, le germe est le même. Vous ne pouvez donc, à priori pas le transmettre à vos partenaires sous sa forme génitale. Mais il est tout de même nécessaire de vous abstenir de faire des cunnilingus lors de crises… voire même d’embrasser car la contamination serait alors possible. D’ailleurs, je ne suis pas certain que vous en ayez très envie, les lésions étant, en générale, assez douloureuses. En dehors de ces périodes, pas de soucis, vous pouvez mettre votre bouche où vous voulez.

 

Tu me trouveras peut-être bête mais je te pose quand même cette question. Quels sont les risques de transmission de MST entre filles ? A vrai dire, je ne suis pas lesbienne mais depuis quelques temps, je veux faire cette expérience.
 

Avant toute chose, il n’existe pas de question bête en matière de sexualité. Nous sommes toutes et tous ignorants d’un certain nombre de chose en ce qui concerne le sexe et chaque interrogation mérite d’être exprimée. Les MST se transmettent aussi bien au cours d’un rapport entre partenaires de même sexe, qu’entre partenaires de sexe différents. Le risque réside dans l’échange de liquides biologiques contenant les virus en question : sécrétions vaginales et/ou glaire cervicale chez les filles, par exemple. Les pénétrations (vaginales, anales, mais aussi parfois buccales) sont des pratiques pouvant véhiculer des maladies comme le sida, bien sûr, mais aussi les hépatites ou l’herpès, la syphilis, les condylomes… Entre filles, cela concernera, plus particulièrement, le cunnilingus ou la masturbation réciproque si elle se fait d’une partenaire à l’autre. Il est donc nécessaire de prendre les mêmes précautions que lors d’un rapport avec un homme, en ayant des rapports protégés. Dans le cas du cunnilingus, l’idéal est d’utiliser une digue dentaire en découpant un préservatif masculin dans le sens de la longueur et en mettant le carré de latex ainsi obtenu sur la vulve de la partenaire… Pas très folichon, me direz-vous. Vous pouvez limiter les risques en arrêtant le cunnilingus lors de l’apparition des sécrétions vaginales (lorsqu’elle se met à mouiller). Mais le plus important reste une certaine confiance avec votre camarade de jeu, surtout pour une première expérience. N’hésitez pas à lui dire que c’est votre "première fois" ou que vous avez peur de telle ou telle chose. Elle devrait le comprendre et vous aider à passer le cap. Et puis, ce n’est pas forcement la peine de sortir le grand jeu tout de suite… y aller par étape peut donner encore plus de piment à la chose.

 
Je voudrais savoir si la pénétration anale avec un gode présente un risque de MST?
 

Les MST peuvent effectivement se transmettre par l’intermédiaire d’un gode s’il y a échange entre deux ou plusieurs partenaires. Dans ces conditions, les liquides biologiques (sécrétions vaginales, sang dû à des micro-lésions en cas de pénétration anale…) sont présents sur le gode et pourront donc passer d’une personne à l’autre. Pour éliminer le risque de transmission, il faut tout simplement mettre un préservatif sur le jouet et le changer entre deux partenaires. Petit truc d’entretient : il est conseillé de laver le gode avec un produit désinfectant (type Dakin ou Mercryl) à la suite du rapport sexuel. Cela évitera qu’il s’abîme, ainsi que les mauvaises odeurs.

 

J'ai eu un herpès génital cet été. Je me suis soigné très vite et maintenant je n'ai plus rien même si je sais que ça reviendra. Par contre depuis j'ai remarqué que le bout de mon sexe devenait légèrement décoloré. Ca m'inquiète un peu et je me demande si je n'ai pas attrapé une autre infection. Est-ce que ça vient de mon herpès génital ou autre chose ?
 

L’herpès génital est en effet une MST qui, une fois traitée, peut se manifester de nouveau, par poussées. Le virus va se loger dans des réservoirs, près de la colonne vertébrale et peut se manifester à l’occasion d’une grande fatigue ou d’un changement radical de rythme de vie (passage à un travail de nuit, par exemple). Pas de prédiction sur la fréquence ou l’importance de ces récidives. Dans ce cas, vous sentez les boutons réapparaître par des démangeaisons et/ou des brûlures. Il est alors impératif de consulter rapidement un médecin pour mettre en place un traitement adapté. Lors de vos futurs rapports sexuels, il est important que vous mettiez des préservatifs, non seulement pour protéger vos partenaires, mais également pour ne pas contracter une autre infection. Il va s’en dire que lors d’une poussée d’herpès, les rapports sexuels sont déconseillés… si tant est que vous en ayez envie. Pour ce qui est de votre problème actuel, il n’est pas forcement en lien avec votre herpès de cet été. Il est plus prudent de consulter, si possible le praticien qui vous a déjà suivi. Il vous connaît et sera mieux quoi faire.

 

 

Rédigé par philippe vert

Publié dans #Questions réponses en sexologie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article